Influence du libre-échange sur les relations des peuples

Frédéric Bastiat

http://bastiat.org/

Libre-Échange, n° du 7 mars 1847.

Se conserver, subsister, pourvoir à ses besoins physiques et intellectuels, occupe une si grande place dans la vie d’une nation, qu’il n’y a rien de surprenant à ce que sa politique dépende du système économique sur lequel elle fonde ses moyens d’existence.

Certains peuples ont eu recours à la violence. Dépouiller leurs voisins, les réduire en esclavage, telle fut la base de leur prospérité éphémère.

D’autres ne demandent rien qu’au travail et à l’échange.

Entre ces deux systèmes, il en est un, pour ainsi dire mixte. Il est connu sous le nom de Régime prohibitif. Dans ce système, le travail est bien la source de la richesse, mais chaque peuple s’efforce d’imposer ses produits à tous les autres.

Or, il nous semble évident que la politique extérieure d’un peuple, sa diplomatie, son action au dehors doit être toute différente, selon qu’il adopte un de ces trois moyens d’exister et de se développer.

Nous avons dit que l’Angleterre, instruite par l’expérience et obéissant à ses intérêts bien entendus, passe du régime prohibitif à la liberté des transactions, et nous regardons cette révolution comme une des plus imposantes et des plus heureuses dont le monde ait été témoin.

Nous sommes loin de prétendre que cette révolution soit, dès aujourd’hui, accomplie ; que la diplomatie britannique ne se ressentira plus désormais des traditions du passé ; que la politique de ses gouvernants ne doit plus inspirer aucune défiance à l’Europe. Si nous nous exprimions ainsi, les faits contemporains et récents se dresseraient pour condamner notre optimisme. Ne savons-nous pas que le parlement est peuplé de législateurs héréditaires qui représentent le principe d’exclusion, qui ont opposé et opposent encore la résistance la plus opiniâtre et au principe de liberté qui s’est levé à l’horizon, et à la politique de justice et de paix qui en est l’infaillible corollaire ?

Mais cette résistance est vaine. L’échafaudage tout entier s’écroule, entraînant dans sa chute et la loi céréale, et l’acte de navigation, et le système colonial, et par conséquent toute la politique d’envahissement et de suprématie qui, sous le régime de liberté qui se prépare, n’a plus même sa raison d’être.

Le Moniteur industriel traite nos idées de folies. Il nous inflige l’épithète de philanthropes. Il nous apprend que, bien que la violence et la liberté soient opposées par nature, elles produisent exactement les mêmes effets, à savoir la domination du fort et l’oppression du faible, et qu’il importe peu à la paix du monde que les peuples échangent volontairement leurs produits ou essayent de se les imposer réciproquement par la force. À cela nous avons dit : S’il est dans la nature de la justice et de la liberté de laisser subsister entre les peuples le même antagonisme qu’ont engendré le monopole et l’exclusion, il faut désespérer de la nature humaine ; et puisque, sous quelque régime que ce soit, la lutte et la guerre sont l’état naturel de l’homme, tous nos efforts sont infructueux et le progrès des lumières n’est qu’un mot. Le Moniteur industriel trouve cette réflexion ridicule, presque impertinente et surtout fort déclamatoire. Ne serait-ce point parce qu’il veut maintenir le monopole et l’exclusion ? Il est du moins bien clair que les accusations qu’il dirige contre nous sont parfaitement conséquentes avec ce dessein. Nous en conviendrons en toute franchise, si le Moniteur industriel parvient à nous prouver que la liberté des transactions doit mettre entre les nations le même esprit de jalousie et d’hostilité que le régime restrictif, nous renoncerons pour toujours à notre entreprise. Nous nous ferons un égoïsme rationnel pour nous y renfermer à jamais, nous efforçant, nous aussi, d’arracher, pour notre part, quelque lambeau de monopole à la législature. Nous lui demanderons d’imposer des taxes à nos concitoyens pour notre avantage, d’aller conquérir des nations lointaines et de les forcer d’acheter exclusivement nos produits à un prix qui nous satisfasse, de nous débarrasser au dedans et au dehors de toute concurrence importune, enfin, de mettre la fortune publique, les vaisseaux de nos ports, les canons de nos arsenaux et la vie de nos soldats au service de notre cupidité.

Il ne peut pas y avoir de recherche plus utile que celle des effets comparés de la liberté et de la restriction sur la politique extérieure des peuples et sur la paix du monde. Nous remercions le Moniteur industriel de nous provoquer à nous y livrer souvent. C’est ce que nous ne manquerons pas de faire. Aujourd’hui nous nous bornerons à dire quelques mots sur la forme polémique dans laquelle notre antagoniste paraît décidé à persévérer. Nous pouvons d’autant plus nous abstenir de traiter la question de fond que nous l’avons fait dans un article de février, intitulé : De la domination par le travail, article resté sans réponse. Il était pourtant naturel que le Moniteur daignât s’en occuper, puisque cet article était la solution d’une objection posée par nous-même dans le numéro précédent. Le Moniteur industriel a préféré reproduire l’objection et passer la réponse sous silence.

Le Moniteur met en fait que nous demandons la liberté pour le compte et dans l’intérêt de l’Angleterre. Ce n’est plus une insinuation, une conjecture, c’est une chose convenue et notoire : L’Angleterre, dit-il, nous prêche et nous fait prêcher la réciprocité des franchises commerciales ; l’Angleterre prêche à la France les doctrines d’une liberté qu’elle est loin d’adopter pour elle-même. L’Association du libre-échange est en France l’instrument le plus actif de la propagande britannique, etc., etc.

Est-il nécessaire d’insister sur ce que cette forme de discussion a d’odieux, nous dirons même de criminel ? Les champions du monopole connaissent l’histoire de notre révolution. Ils savent que c’est avec des imputations de ce genre que les partis se sont décimés, et sans doute ils espèrent nous imposer silence en faisant planer une nouvelle terreur sur nos têtes. Cela ne serait-il pas bien habile et bien commode de nous rançonner, et, à notre première plainte, bien plus, à notre premier effort pour obtenir qu’on discute nos droits, de tourner contre nous toutes les fureurs populaires, si l’on réussissait à les exciter, en disant : « Ôtez-lui la faculté de parler ; c’est un agent de Pitt et de Cobourg ? » — Faut-il dire toute notre pensée ? Cette tactique, empruntée aux mauvais jours de 93, est plus méprisable aujourd’hui ; et si elle n’est pas aussi dangereuse, rendons-en grâce au bon sens public et non pas aux monopoleurs. Nous disons qu’elle est plus méprisable. À cette funèbre époque au moins les défiances populaires, quels qu’en aient été les terribles effets, étaient au moins sincères. On vivait au milieu de périls imminents, de trahisons quelquefois certaines, l’exaltation était arrivée à son plus haut degré de paroxysme. Aujourd’hui rien de semblable. Les insinuations des monopoleurs ne sont autre chose qu’un froid calcul, une manœuvre préméditée, une combinaison concertée à l’avance. Ils jouent avec l’immoralité de cette rouerie, non pour sauver la patrie, mais pour continuer à accroître leurs richesses mal acquises.

Aussi qu’arrive-t-il ? C’est que, malgré tous leurs efforts, le public ne les croit pas, parce qu’ils ne se croient pas eux-mêmes, et M. Muret de Bord a décrédité à jamais cet odieux machiavélisme, quand il en a glacé l’expression sur les lèvres de M. Grandin, par cette interruption ineffaçable : Vous ne croyez pas ce que vous dites.

Nous comprenons que dans des temps de troubles, de périls, d’émotions populaires, les hommes s’accusent réciproquement de trahison ; mais émettre de telles imputations de sang-froid et sans croire un mot de ce que l’on dit, c’est assurément le plus déplorable moyen auquel puisse avoir recours celui qui aurait la conscience de défendre une cause juste.

Ce n’est pas que nous prétendions soustraire à nos adversaires l’argument tiré de ce que le libre-échange pourrait favoriser l’Angleterre au détriment de la France. C’est leur droit de développer, s’ils la croient vraie, cette théorie, qu’un peuple ne prospère jamais qu’aux dépens d’un autre ; ce que nous demandons, c’est qu’ils veuillent bien croire que nous pouvons, avec tout ce que l’Europe a produit d’hommes éclairés dans les sciences économiques, professer une doctrine toute contraire. Ce que nous leur demandons, c’est de ne pas affirmer, puisque aussi bien ils n’en croient pas un mot, que nous sommes les instruments de la propagande britannique.

Et où avez-vous vu, Messieurs, que le principe de la liberté des transactions fût purement, exclusivement anglais ? Ne souhaitons-nous pas tous la liberté des mers et la liberté des mers est-elle autre chose que la liberté commerciale ? Ne nous plaignons-nous pas tous que l’Angleterre, par ses vastes conquêtes, a fermé à nos produits la cinquième partie du globe, et pouvons-nous recouvrer ces relations perdues autrement que par le libre-échange ?

Où avez-vous vu que l’Angleterre prêche et fait prêcher au dehors la réciprocité ? L’Angleterre, par une lutte acharnée et qui remonte au ministère de Huskisson, confère à ses concitoyens le droit d’échanger. Sans s’occuper de la législation des autres peuples, elle modifie sa propre législation selon ses intérêts. Qu’elle compte sur l’influence de l’exemple, sur le progrès des lumières, qu’elle se dise : « Si nous réussissons, les autres peuples entreront dans la même voie, » nous ne le nions pas. N’est-ce pas là de la propagande légitime ? Mais ce qu’elle fait, elle le fait pour elle et non pour nous. Si elle rend à ses concitoyens le droit de se procurer du blé à bas prix, c’est-à-dire de recevoir une plus grande quantité d’aliments contre une somme donnée de travail ; à ses colons le droit d’acheter leurs vêtements sur tous les marchés du monde ; à ses négociants le droit d’exécuter leurs transports avec économie, n’importe par quel pavillon, c’est parce qu’elle juge ces réformes conformes à ses intérêts. Nous le croyons aussi, et il paraît que vous partagez cette conviction : voilà donc un point convenu. En renonçant au régime protecteur, en adoptant la liberté, l’Angleterre suit la ligne de ses intérêts [1].

La question, la vraie question entre nous est de savoir si ces deux principes si opposés par leur nature sont néanmoins identiques dans leurs effets ; si ce sont les intérêts de l’Angleterre tels qu’elle les comprenait autrefois, ou tels qu’elle les comprend aujourd’hui, qui coïncident avec les intérêts de l’humanité ; si le principe restrictif ayant engendré cette politique envahissante et jalouse qui a infligé tant de maux au monde, un autre principe diamétralement opposé à celui-là, le principe de liberté, peut engendrer aussi la même politique. Vous dites oui, nous disons non : voilà ce qui nous divise. Ne saurait-on puiser une conviction à cet égard que dans les inspirations et peut-être dans la bourse de l’étranger ?

Au reste, le temps est venu où l’abus de ces accusations en émousse le danger sans leur rien ôter de ce qu’elles ont d’odieux. Nous voyons les partis politiques prendre tour à tour cette arme empoisonnée. L’opposition l’a longtemps dirigée sur le centre, le centre la décoche aujourd’hui sur l’opposition. Vous la lancez sur nous, nous pourrions vous la renvoyer, car ne vous proclamez-vous pas sans cesse les serviles imitateurs de l’Angleterre ? Toute votre argumentation ne consiste-t-elle pas à dire : L’Angleterre a prospéré par le régime protecteur ; elle lui doit sa prépondérance, sa force, sa richesse, ses colonies, sa marine : donc la France doit faire comme elle ? « Vous êtes donc les importateurs d’un principe anglais. »

Mais non, nous n’aurons pas recours à ces tristes moyens. Dans vos rangs, il y a des personnes sincèrement attachées à la protection ; elles y voient le boulevard de notre industrie ; à ce titre, elles défendent ce principe et c’est leur droit. Elles n’ont point à se demander s’il est né en France, en Angleterre, en Espagne ou en Italie. Est-il juste ? est-il utile ? C’est toute la question.

Nous non plus, nous n’avons pas à nous demander si le principe de la liberté est né en Angleterre ou en France. Est-il conforme à la justice ? est-il conforme à nos intérêts permanents et bien entendus ? est-il de nature à replacer toutes les branches de travail, à l’égard les unes des autres, sur le pied de l’égalité ? implique-t-il une plus grande somme de bien-être général en proportion d’un travail donné ? S’il en est ainsi, nous devons le soutenir, se fût-il révélé pour la première fois, ce qui n’est pas, dans un cerveau britannique. Si, de plus, il est en harmonie avec le bien de l’humanité, s’il tend à effacer les jalousies internationales, à détruire les idées d’envahissements et de conquêtes, à unir les peuples, à détrôner cette politique étroite et pleine de périls dont, à l’occasion d’un mariage récent, nous voyons se produire les tristes et derniers efforts ; s’il laisse à chaque peuple toute son influence intellectuelle et morale, toute sa puissance de propagande pacifique, s’il multiplie même les chances des doctrines favorables à l’humanité, nous devons travailler à son triomphe avec un dévouement inaltérable, dussent les sinistres insinuations du Moniteur industriel tourner contre nous des préventions injustes, au lieu d’appeler sur lui le ridicule.

Notes

[1]: V. au tome III, la note de la page 137. (Note de l'éditeur de l'édition originale.)

Bastiat.orgLe Libéralisme, le vraiUn site par François-René Rideau