Deux pertes contre un profit

Frédéric Bastiat

http://bastiat.org/

Libre-Échange, n° du 30 mai 1847.

À M. Arago, de l’Académie des sciences [1].

Monsieur,

Vous avez le secret de rendre accessibles à tous les esprits les plus hautes vérités de la science. Oh ! Ne pourriez-vous, à grand renfort d’x, trouver au théorème suivant une de ces démonstrations par a+b, qui ne laissent plus de place à la controverse ! Son simple énoncé suffira pour montrer l’immense service que vous rendriez au pays et à l’humanité. Le voici :

Si un droit protecteur élève le prix d’un objet d’une quantité donnée, la nation gagne cette quantité une fois et la perd deux fois.

Si cette proposition est vraie, il s’ensuit que les nations s’infligent à elles-mêmes des pertes incalculables. Il faudrait reconnaître qu’il n’est aucun de nous qui ne jette des pièces d’un franc dans la rivière chaque fois qu’il mange ou qu’il boit, qu’il s’avise de toucher à un outil ou à un vêtement.

Et comme il y a longtemps que ce jeu dure, il ne faut pas être surpris si, malgré le progrès des sciences et de l’industrie, une masse bien lourde de misère et de souffrances pèse encore sur nos concitoyens.

D’un autre côté, tout le monde convient que le régime protecteur est une source de maux, d’incertitudes et de dangers, en dehors de ce calcul de profits et de pertes. Il nourrit les animosités nationales, retarde l’union des peuples, multiplie les chances de guerre, fait inscrire dans nos codes, au rang des délits et des crimes, des actions innocentes en elles-mêmes. Ces inconvénients accessoires du système, il faut bien s’y soumettre quand on croit que le système repose lui-même sur cette donnée : Que tout renchérissement, de son fait, est un gain national. — Car, Monsieur, je crois avoir observé et vous aurez peut-être observé comme moi que, malgré le grand mépris que les individus et les peuples affichent pour le gain, ils y renoncent difficilement, — mais s’il venait à être prouvé que ce prétendu gain est accompagné d’abord d’une perte égale, ce qui fait compensation, puis d’une seconde perte encore égale, laquelle constitue une duperie bien caractérisée ; comme dans, le cœur humain l’horreur des pertes est aussi fortement enracinée que l’amour des profits, il faut croire que le régime protecteur et toutes ses conséquences directes et indirectes s’évanouiraient avec l’illusion qui les a fait naître.

Vous ne serez donc pas surpris, Monsieur, que je désire voir cette démonstration revêtue de l’évidence invincible que communique la langue des équations. Vous ne trouverez pas mauvais non plus que je m’adresse à vous ; car, parmi tous les problèmes qu’offrent les sciences que vous cultivez avec tant de gloire, il n’en est certainement aucun plus digne d’occuper, au moins quelques instants, vos puissantes facultés. J’ose dire que celui qui en donnerait une solution irréfutable, n’eût-il fait que cela dans ce monde, aurait assez fait pour l’humanité et pour sa propre renommée.

Permettez-moi donc d’établir en langue vulgaire ce que je voudrais voir mettre en langue mathématique.

Supposons qu’un couteau anglais se donne en France pour 2 fr.

Cela veut dire qu’il s’échange contre 2 fr. ou tout autre objet valant lui-même 2 fr., par exemple une paire de gants de ce prix.

Admettons qu’un couteau semblable ne puisse se faire chez nous à moins de 3 fr.

Dans ces circonstances, un coutelier français s’adresse au gouvernement et lui dit : Protégez-moi. Empêchez mes compatriotes d’acheter des couteaux anglais, et moi je me charge de les pourvoir à 3 fr.

Je dis que ce renchérissement d’un franc sera gagné une fois, mais j’ajoute qu’il sera perdu deux fois par la France, et que le même phénomène se présentera dans tous les cas analogues.

D’abord, finissons-en avec les 2 fr. qui sont en dehors du renchérissement. En tant que cela concerne ces 2 fr., il est bien clair que l’industrie française n’aura rien gagné ni perdu à la mesure. Que ces 2 fr. aillent au coutelier ou au gantier, cela peut arranger l’un de ces industriels et déranger l’autre, mais cela n’affecte en rien l’ensemble du travail national. Jusque-là, il y a changement de direction, mais non accroissement ou décroissement dans l’industrie : 2 fr. de plus prennent le chemin de la coutellerie, 2 fr. de moins prennent celui de la ganterie, voilà tout. Injuste faveur ici, oppression non moins injuste là, c’est tout ce qu’il est possible d’apercevoir ; ne parlons donc plus de ces 2 fr.

Mais il reste un troisième franc dont il est essentiel de suivre la trace ; il constitue le surenchérissement du couteau ; c’est la quantité donnée dont le prix des couteaux est élevé. C’est celle que je dis être gagnée une fois et perdue deux par le pays.

Qu’elle soit gagnée une fois, cela est hors de doute. Évidemment l’industrie coutelière est favorisée, par la prohibition, dans la mesure de un franc, qui va solder des salaires, des profits, du fer, de l’acier. En d’autres termes, la production des gants n’est découragée que de 2 fr. et celle des couteaux est encouragée de 3 fr., ce qui constitue bien pour l’ensemble de l’industrie nationale, tout balancé jusqu’ici, un excédant d’encouragement de 20 sous, 1 franc ou 100 centimes, comme on voudra les appeler.

Mais il est tout aussi évident que l’acquéreur du couteau, quand il l’obtenait d’Angleterre contre une paire de gants, ne déboursait que 2 fr., tandis que maintenant il en dépense 3. Dans le premier cas, il restait donc à sa disposition un franc au delà du prix du couteau ; et, comme nous sommes tous dans l’habitude de faire servir les francs à quelque chose, nous devons tenir pour certain que ce franc aurait été dépensé d’une manière quelconque et aurait encouragé l’industrie nationale tout autant qu’un franc peut s’étendre.

Si, par exemple, vous étiez cet acheteur, — avant la prohibition vous pouviez acheter une paire de gants pour 2 fr., contre laquelle paire de gants vous auriez obtenu le couteau anglais. — Et, en outre, il vous serait resté 1 fr., avec lequel vous auriez acheté, selon votre bon plaisir, des petits patés ou un petit volume in-12.

Si donc nous faisons le compte du travail national, nous trouvons de suite à opposer au gain du coutelier une perte équivalente, savoir celle du pâtissier ou du libraire.

Il me semble impossible de nier que, dans un cas comme dans l’autre, vos 3 fr., puisque vous les aviez, ont encouragé dans une mesure exactement semblable l’industrie du pays. Sous le régime de la liberté, ils se sont partagés entre un gantier et un libraire ; sous le régime de la protection, ils sont allés exclusivement au coutelier, et je crois qu’on pourrait défier le génie de la prohibition lui-même d’ébranler cette vérité.

Ainsi, voilà le franc gagné une fois par le coutelier et perdu une fois par le libraire.

Reste à examiner votre propre situation, vous acheteur, vous consommateur. Ne saute-t-il pas aux yeux qu’avant la prohibition, vous aviez pour vos 3 fr. et un couteau et un petit volume in-12, tandis que depuis, vous ne pouvez avoir pour vos mêmes 3 fr. qu’un couteau et pas de volume in-12 ? Vous perdez donc dans cette affaire un volume, soit l’équivalent d’un franc. Or, si cette seconde perte n’est compensée par aucun profit pour qui que ce soit en France, j’ai raison de dire que ce franc, gagné une fois, est perdu deux fois.

Savez-vous, Monsieur, ce qu’on dit à cela ? Car il est bon que vous connaissiez l’objection. On dit que votre perte est compensée par le profit du coutelier, ou, en termes généraux, que la perte du consommateur est compensée par le profit du producteur.

Votre sagacité aura bien vite découvert que la mystification ici consiste à laisser dans l’ombre le fait déjà établi que le profit d’un producteur, le coutelier, est balancé par la perte d’un autre producteur, le libraire ; et que votre franc, par cela même qu’il a été encourager la coutellerie, n’a pu aller encourager, comme il l’aurait fait, la librairie.

Après tout, comme il s’agit de sommes égales, qu’on établisse, si on le préfère, la compensation entre le producteur et le consommateur, peu importe, pourvu qu’on n’oublie pas le libraire, et qu’on ne fasse pas reparaître deux fois le même gain pour l’opposer alternativement à deux pertes bien distinctes.

On dit encore : Tout cela est bien petit, bien mesquin. Il ne vaut guère la peine de faire tant de bruit pour un petit franc, un petit couteau, et un petit volume in-12. Je n’ai pas besoin de vous faire observer que le franc, le couteau et le livre sont mes signes algébriques, qu’ils représentent la vie, la substance des peuples ; et c’est parce que je ne sais pas me servir des a, b, c, qui généralisent les questions, que je mets celle-ci sous votre patronage.

On dira encore ceci : Le franc que le coutelier reçoit en plus, grâce à la protection, il le fait gagner à des travailleurs. — Je réponds  : Le franc que le libraire recevrait en plus, grâce à la liberté, il le ferait gagner aussi à d’autres travailleurs ; en sorte que, de ce côté, la compensation n’est pas détruite, et il reste toujours que, sous un régime vous avez un livre, et sous l’autre vous n’en avez pas. — Pour éviter la confusion volontaire ou non qu’on ne manquera pas de faire à ce sujet, il faut bien distinguer la distribution originaire de vos 3 francs d’avec leur circulation ultérieure, laquelle, dans l’une et dans l’autre hypothèse, suit des parallèles infinies, et ne peut jamais affecter notre calcul [2].

Il me semble qu’il faudrait être de bien mauvaise foi pour venir argumenter de l’importance relative des deux industries comparées, disant : Mieux vaut la coutellerie que la ganterie ou la librairie. Il est clair que mon argumentation n’a rien de commun avec cet ordre d’idées. Je cherche l’effet général de la prohibition sur l’ensemble de l’industrie, et non si l’une a plus d’importance que l’autre. Il m’eût suffi de prendre un autre exemple pour montrer que ce qui, dans mon hypothèse, se résout en privation d’un livre est, dans beaucoup de cas, privation de pain, de vêtements, d’instruction, d’indépendance et de dignité.

Dans l’espoir que vous attacherez à la solution de ce problème l’importance vraiment radicale qu’il me semble mériter, permettez-moi d’insister encore sur quelques objections qu’on pourra faire. — On dit : La perte ne sera pas d’un franc, parce que la concurrence intérieure suffira pour faire tomber les couteaux français à 2 fr. 50, peut-être à 2 fr. 25. Je conviens que cela pourra arriver. Alors il faudra changer mes chiffres. Les deux pertes seront moindres, et le gain aussi; mais il n’y aura pas moins deux pertes pour un gain tant que la protection protégera.

Enfin, on objectera, sans doute, qu’il faut au moins protéger l’industrie nationale en raison des taxes dont elle est grevée. La réponse se déduit de ma démonstration même. Soumettre le peuple à deux pertes pour un gain, c’est un triste moyen d’alléger ses charges. Qu’on suppose les impôts aussi élevés qu’on voudra ; qu’on suppose que le gouvernement nous prend les 99 centièmes de nos revenus, est-ce un remède proposable, je le demande, que de gratifier le coutelier surtaxé d’un franc pris au libraire surtaxé, avec perte par-dessus le marché d’un franc pour le consommateur surtaxé ?

Je ne sais, Monsieur, si je me fais illusion, mais il me semble que la démonstration rigoureuse que je sollicite de vous, si vous prenez la peine de la formuler, ne sera pas un objet de pure curiosité scientifique, mais dissipera bien des préjugés funestes.

Par exemple, vous savez combien on est impatient de toute concurrence étrangère. C’est le monstre sur lequel se déchargent toutes les colères industrielles. Eh bien ! Que voit-on dans le cas proposé ? Où est la rivalité réelle ? Quel est le vrai, le dangereux concurrent du gantier et du libraire français ? N’est-ce pas le coutelier français qui sollicite l’appui de la loi, pour absorber à lui seul la rémunération de ses deux confrères, même aux dépens d’une perte sèche pour le public ? Et de même, quels sont les vrais, les dangereux antagonistes du coutelier français ? Ce n’est pas le coutelier de Birmingham ; ce sont le libraire et le gantier français, qui, du moins s’ils n’ont pas une taie sur les yeux, feront des efforts incessants pour reprendre au coutelier une clientèle qu’il leur a législativement et injustement ravie. N’est-il pas assez singulier de découvrir que ce monstre de la concurrence, dont nous croyons entendre les rugissements de l’autre côté du détroit, nous le nourrissons au milieu de nous ? D’autres points de vue aussi neufs qu’exacts sortiront de cette équation que j’ose attendre, Monsieur, de vos lumières et de votre patriotisme [3].

Notes

[1]: François Arago, astronome et physicien français (1786-1853). Esprit libéral, très populaire, il fut nommé membre du Gouvernement provisoire en 1848 et dirigea les ministères de la Guerre et de la Marine. (Note de l'éditeur de Bastiat.org.)

[2]: Sur le Sophisme des ricochets, V. au présent volume, n° 48, p. 320; au tome IV, les pages 74, 160, 229 et au tome V, indépendamment des pages 80 à 83, les pages 336 et suivantes, contenant le pamphlet : Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. (Note de l'éditeur de l'édition originale.)

[3]: Sur la Concurrence, voir au tome IV, page 45, et au tome VI, le chapitre X. (Note de l'éditeur de l'édition originale.)

Bastiat.orgLe Libéralisme, le vraiUn site par François-René Rideau